Prendre rendez-vous Trouver un show-room

Coquilles dures, bouchées savoureuses

Les fruits de mer : soit vous les aimez, soit vous les évitez. Il n’y a souvent pas de juste milieu lorsqu’il s’agit de ces perles de la mer. Mais si vous en êtes friand, un tout nouveau monde culinaire et gastronomique s’ouvrira à vous, car ils sont parfaits lors de l’apéro, comme petit encas, dans des plats haut de gamme ou, bien sûr, sur le barbecue.

Le terme « fruits de mer » recouvre en fait toutes les variétés d’ingrédients d’origine animale qui sont extraites de la mer ou cultivées en eau douce ou salée. Il s’agit de mollusques, de coquillages et de crustacés. Les fruits de mer les plus connus étant les grosses crevettes grises, les moules et les coquilles Saint-Jacques. Dans ce blog, vous lirez tout sur ces véritables petits concentrés d’énergie et leurs différentes méthodes de cuisson..

Conseil de MHK Kitchen Expert: Saviez-vous que dans le nord-est de l’Espagne, le festival des fruits de mer (« Fiesta del Marisco Seafood Festival ») a lieu chaque année en octobre ? Conçu à l’origine comme un festival local pour célébrer les produits de la mer, il est devenu un festival international qui dure dix jours.

Les moules

Aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique, les moules sont les coquillages les plus populaires. Elles ont une saveur particulière et sont étonnamment polyvalentes. Vous pouvez les cuire à la vapeur, les pocher, les frire ou les gratiner. Le nom des moules de couleur violette à bleu-noir vient du latin « musculus », qui signifie à la fois moule et muscle.

Les moules se caractérisent par les filaments avec lesquels elles s’attachent aux rochers et aux palissades dans la mer. Il faut retirer ces filaments avant de cuire les moules, ainsi que celles qui sont endommagées ou ouvertes. Cette logique s’inverse après la cuisson : ne mangez pas de moules qui ne se sont pas ouvertes.

Qu’elles soient cuisinées au vin blanc, avec du lard, dans une sauce à la crème, avec un Gorgonzola puissant ou dans un style méditerranéen, la créativité en matière de préparation de moules ne connaît pas de limites. En Normandie, les moules sont même cuites sans aucun liquide. Des oignons finement hachés, un peu d’ail et de persil sont cuits à l’étouffée avec un peu de beurre, puis l’on ajoute les moules. Après environ quatre minutes, elles sont ouvertes et baignent dans leur propre jus.

Les palourdes

Les palourdes (vénus) ont un nom un peu plus évocateur que les moules. En anglais, on les appelle « clams » et en italien « vongole ». Leur chair a des saveurs de noix et de mer, et bien qu’elles puissent être consommées crues, comme les huîtres, elles sont généralement cuites à la vapeur ou bouillies.

Les Italiens n’ont pas leur pareil pour les servir sous forme de « spaghetti vongole », avec des pâtes cuites al dente, un peu d’ail et du persil. Un pur délice pour les yeux et le palais.

Les coquilles Saint-Jacques

Au Moyen Âge, les pèlerins utilisaient la coquille Saint-Jacques (ou pétoncle) comme signe distinctif. De nos jours, la consommation de ce coquillage aux formes magnifiques est principalement basée sur des raisons gastronomiques. Même les personnes qui n’aiment pas les fruits de mer apprécient souvent la chair ferme et légèrement sucrée de la coquille Saint-Jacques.

C’est généralement le muscle blanc, le cœur de la coquille Saint-Jacques, qui est servi. Mais les œufs de poisson rouge-orange, appelés « corail », sont également un mets délicat. Et comme les autres crustacés frais, les coquilles Saint-Jacques se cuisinent rapidement. Faites-les revenir pendant une minute et demie de chaque côté et vous obtiendrez une explosion culinaire de saveurs dans votre assiette.

Les huîtres

Il n’existe aucun fruit de mer sur lequel les avis divergent autant que l’huître. Pour certains, les huîtres sont le summum du plaisir, tandis que pour d’autres, elles ne sont rien d’autre qu’une substance visqueuse. Les vrais aficionados les mangent directement dans la coquille, où le goût typique ressort le mieux. Un goût frais qui rappelle une journée heureuse au bord de la mer. À propos, il ne faut pas avaler les huîtres en un coup : il faut les mâcher légèrement, afin que leur goût unique puisse se répandre sur votre langue et votre palais.

Des concentrés d’énergie faibles en calories

Coquilles dures, bouchées saines : en termes de valeur nutritionnelle, aucun autre aliment ne se rapproche de ces produits à faible teneur en calories. Une huître, par exemple, contient 15 milligrammes de zinc, ce qui est suffisant pour subvenir aux besoins quotidiens. Un minéral qui contribue à la production de l’hormone sexuelle mâle, la testostérone. Et cela explique immédiatement le mythe selon lequel les huîtres sont aphrodisiaques. Les Romains savaient déjà apprécier les huîtres comme supplément lors de leurs fêtes parfois licencieuses.

Selon la rumeur, le célèbre amateur d’huîtres Giacomo Casanova ne savait pas se passer de ses cinquante huîtres par jour. Et s’il vous faut d’autres arguments pour essayer une huître : outre le zinc, ce coquillage contient toute une série d’autres minéraux, comme du calcium, du magnésium, du fer, de l’iode, du phosphore, de l’acide folique, de la biotine, de la nicotinamide, de la B12 et de la vitamine A, B1 et B2.

Seafood - Une forteresse (presque) imprenable

C’est en essayant d’ouvrir une huître pour la première fois que les gourmets se rendent compte de quelle manière l’huître cache sa délicieuse chair dans sa forteresse. Normalement, on utilise un couteau à huîtres avec une lame ferme et des gants à huîtres (semblables à la cotte de mailles des chevaliers médiévaux).

Avec un peu de patience et de pratique, il est facile d’apprendre à les ouvrir. Le connaisseur jette le liquide qui reste dans la coquille. Si l’huître est fraîche, elle dégage immédiatement un nouveau liquide qui peut être consommé sans problème avec la chair. Conseil : dès qu’une huître est ouverte, la chair doit être consommée immédiatement.

Les effets des huîtres et du champagne

Les portions classiques comptent six à douze huîtres. Sur un plateau de glace pilée, elles auront non seulement un aspect fantastique, mais elles resteront également fraîches. Et c’est très important, car une huître à température ambiante n’a pas le même goût. Un effet que l’on remarque également avec le champagne. C’est peut-être pour ça que les deux vont si bien ensemble...

« C’est en essayant d’ouvrir une huître pour la première fois que les gourmets se rendent compte de quelle manière l’huître cache sa délicieuse chair dans sa forteresse.»

Galerie de cuisines
Planificateur de cuisine